La Grande Bibliothèque

Le divin Panthéon

Un amalgame de théories fuse de toutes parts depuis déjà des lustres sur la création du Monde. L’élaboration d’explications afin de déterminer l’origine exacte de tout ce qui existe ne cesse jamais de croître. Voilà déjà des siècles que de parts et autres du continent, les gens cherchent à rassembler les moindres détails d’une histoire, le moindre fragment d’une relique sacrée ou encore la moindre transcription d’un texte béni. Le tout afin d’éclaircir davantage et aussi faiblement que possible le sombre mystère qui plane sur la divine création.

Le seul et unique élément qui s’avère fondamentalement vrai dans l’ensemble de ces interrogations demeure le fait que les Dieux existent et qu’ils interviennent directement ou indirectement dans la formation du Monde.

En ce qui à trait aux éléments un peu plus pointilleux et précis sur le reste de la mythologie, il existe malgré tout une bonne base de connaissances dont la véracité n’est plus à prouver.

Malheureusement, au fil que les siècles s’écoulèrent, il se passa quelque chose que le grand Dieu Suprême n’aurait, même pas en songe, cru possible. Qu’importe le fait que les élus se devaient d’être complètement impartiaux et dociles dans leur administration, ils étaient, en grande majorité, d’origine mortelle. Cette simple provenance comporte une faiblesse qu’aucun Dieu, aussi puissant soit-il, puisse retirer un jour : les sentiments. En dépit de tous les pouvoirs qui leurs furent octroyés, ils possédaient encore une âme bien simple, malléable, et qui dit malléable dit aussi aisément corruptible. Indubitablement, c’est ce qui se produisît.

Tout d’abord alarmé par ce changement soudain de ses protégés, Agoroth ne pouvait non plus se résoudre à complètement annihiler ses laquais d’un seul coup, surtout que certains d’entres eux usèrent de maintes ruses pour voiler, quelques décennies de plus à leur créateur, ce qu’ils étaient devenus. Il laissa ainsi le temps passer encore mais il vint un moment ou la balance de l’Équité pencha complètement vers le côté maléfique.

Le Créateur ordonna donc à Byron de lui construire l’Alambîme, un lieu vide de toutes choses dans lequel les Élus qui y seraient enfermés ne pourraient jamais en ressortir. Encore une fois, l’improbable survint. Hakim convainquit Byron de le laisser façonner la prison, mais de lui laisser la sceller magiquement.

Ainsi, le plan fonctionna à merveille, mais plus le cadre temporel continuait sur le continent, plus la corruption avait le temps de laisser libre cours à ses horribles sévices et un demi-millénaire après avoir cloîtré les Immortels maudits, le Dieu de la mort les libéra.

Néanmoins, pendant les cinq cents ans où ceux-ci avaient été enfermés, les choses avaient passablement changé et même beaucoup trop, la balance penchait de manière immesurable vers l’autre côté, au grand malheur d’Agoroth. Ce dernier, fou de rage en voyant l’incapacité flagrante de ses Élus à gérer le monde décida que c’en était assez et que dorénavant, pour équilibrer les choses, ses Immortels n’auraient qu’à pencher d’un côté ou de l’autre de la balance, le combat perpétuel entre les forces du Bien et du Mal ferait ainsi la chose naturellement.